DEUX STAGIAIRES DE BRETAGNE À LA PLAGETTE

Alexandre et Vincent sont tous deux en formation au Chantier-école « Skol Ar Mor » à Mesquer (Loire Atlantique). Ce centre est l’un des deux qui forment en France des charpentiers de marine traditionnelle. Dans le cadre de leur formation, tous les élèves doivent effectuer chaque année six semaines de stage hors école. Alexandre et Vincent ont l’un et l’autre choisi de passer trois semaines au chantier de la Plagette, encadrés par des bénévoles de l’association « Voile latine de Sète et du Bassin de Thau ».

Tous deux ont de solides motivations, bien au-delà du projet de construire et restaurer des bateaux traditionnels. Vivre dans le domaine des bateaux, voyager et travailler avec son bateau, naviguer et tout cela dans le respect de la tradition. L’un voulait être plongeur, l’autre était machiniste de théâtre (du bois et des cordages, comme sur un bateau !).

Venir à Sète, à la Plagette, dernier chantier naval traditionnel, c’est découvrir un autre patrimoine, méditerranéen, différent de celui que côtoient nos stagiaires en Bretagne. C’est se familiariser avec des modes de construction inconnus. C’est partager des expériences avec des bénévoles passionnés. C’est découvrir de nouveaux bateaux, pointus à la poupe et à la proue ! C’est se familiariser avec d’autres gréements.

Quelle surprise pour Alexandre et Vincent, en travaillant sur le Loud, de découvrir des varangues, des membrures, un étambot, une étrave, tous taillés dans du bois d’olivier. Il est vrai que le Loud, ce bateau traditionnel de travail de 10,60 m de longs, avec ses deux mâts, nous vient de Tunisie.

C’est une grande satisfaction pour Sète, pour le chantier de la Plagette, pour « Voile latine de Sète et du Bassin de Thau » d’être reconnus par nos amis bretons qui s’investissent massivement pour leur patrimoine en nous confiant deux de leurs élèves. Alexandre et Vincent ont été adoptés par les bénévoles de l’association et seront toujours les bienvenus à Sète et à la Plagette.

Bernard PELLAT

Arturo : une nacelle 
est née dans les Alpes

Bertrand Serre vient de construire dans son garage à Montgenèvre une véritable nacelle de l’étang de Thau !

Il a été inspiré par un article de notre Blog « À la recherche des Amadiés pour une nacelle à Bouzigues ». Il a trouvé un mode d’emploi pour la construction sur notre Site, « Fabrication d’une nacelle avec André Aversa », et il s’est lancé ! … 

N’ayant jamais construit de bateau, il a contacté Guy Brouet et s’est procuré son livre sur la construction de Thétis qui fourmille de détails très concrets et très utiles pour tout apprenti charpentier de marine.

Toute la charpente, ainsi que le gréement et les avirons, sont en bois massif local, mélèze, pin sylvestre et pin à crochets (pin suffit), récoltés sur chablis dans les bois de Mongenèvre, le bordage est en pin du Granon, fourni par une scierie de la vallée de la Clarée.

Pour résoudre quelques petites appréhensions il a suffit de correspondre par mail. 

Notamment pour le calfatage des bordés

Tout s’est bien passé et à la fin de l’été 2020 …

Les premiers essais de mise à l’eau sont réalisés sur un petit lac en face de chez lui afin de tester la flottabilité de l’embarcation, ainsi que sa stabilité.

Serait-elle pas un peu jalouse ?

Puis c’est le grand jour !
Le 8 octobre Arturo a navigué « pour de vrai » sur le lac de Serre Ponçon, pas top pour une première… des rafales à 17 noeuds ! mais le capitaine en a vu d’autres !

Photos de Bertrand et de Joël pour les fers à calfat !

Voir sa fiche dans l’inventaire des barques

Grand nettoyage du fond de l’étang à la Plagette

Ce dimanche 16 août on se mouille !
L’association des habitants du quartier de la Plagette, avec Seta Mer, voile Latine de Sète et du Bassin de Thau et l’association Le Loud se sont retrouvés sur le chantier de La Plagette pour un grand nettoyage du fond de l’étang et de ses berges.

Après un bon petit déjeuner sur le chantier

les gants, les pinces et les sacs sont distribués,

sur l’eau deux sapinous et une 15 ène de plongeurs bénévoles,

Il y a de tout ! des pneus, des bottes en caoutchouc

Il faut décharger tout ça pour le mettre dans la benne

même un vélo !

Sur les berges aussi on s’active !

Merci à tous les participants !

Une opération qui n’est qu’un début car en reste encore beaucoup à enlever dans l’étang !

Polar au chantier : « La corde au cou…de l’hélice ! »

Calme trompeur

Roger et Nanette vaquent

Apparition d’un homme masqué

une complice derrière sa visière, Yannick

Jacques « charge » (?!)

Antoine exécute la mission, armé de la Casserole

Joël remarque un indice

le Débarquement s’annonce

ce « 007 » vous rappelle quelque chose ?

ils ont tous les lunettes des Blues Brothers, bizarre ?

et voilà…la victime

regarder de plus près, Messieurs les jurés

le nommé Claude et sa comparse s’efforcent de faire disparaître des traces

Mais, il laisse un nom, Loulette,

qui le poursuivra à perpète…

Texte et photos de Marie-O

Navigation à l’Ascencion

On reprend avec joie et les gestes barrières

Pendant que nous irons naviguer, Anne finit de remettre en état « le Pointu », elle a refait le pont, et le bosco Jo passe l’antifouling.

On prépare les barques : « Fleur de Ria », la yole « Yness », « Thétis », « Forban » « Chrisylvanat » et le petit nouveau, un doris « Ricco-Thau III ».
Une petite brise le matin, puis renverse qui forcit dans l’aprèsmidi.
Un déconfinement au grand air de l’étang, réussi, avec quelques nouveaux : Pascale, Christine et Yves.

et Joël qui décroche 5 kilos de moules à la bouée, qui fera une délicieuse mouclade !

Reprise après la pause à distance.
Maryvonne cherche son mari !

Beau temps, belle ambiance avec prudence.

Photos de Marie-O