Mystère en 12 questions

Demain c’est le 1er AVRIL.
Question à 0 point : en quelle année au chantier ?

De la plus dure à la plus facile.
Question 1 : qu’est ce que c’est ?

  • la scie Fein.

Question 2 : et ça ?

  • un biton pour amarrer

Question 3 : et ça ?

  • le calfatage de Jacques, qui n’a pourtant pas 40 ans d’expérience !

Question 4 : qui est ce ?

  • notre charpentière sur l’Evidence.

Question 5 : quel calcul fait il ?

  • il est trop concentré pour répondre !

Question 6 : que fait il ?

  • il essaie de déboucher sa pompe à main.

Question 7 : qui sont ces nouveaux adhérents ?

  • Philippe.

Question 8 : en passe de devenir experts ?

  • et Madje.

Question 9 : ce bateau vous rappelle t il quelque chose ?

  • son bosco a aussi un couvre-chef.

Question10 : que font nos 3 compères ?

  • ils avancent le Loud !

Dernière question pour départager les ex-equo : comment se nomme ce bateau ?

Sourires et rires au Chantier

Malgré les assiettes vides

malgré le travail en solitaire

ou repas de moules à effets divers

ou réunion remue-méninges

ou conseils à donner mal à la tête

ou sourire épuisé et étonné d’avoir réchappé à une si longue vaisselle réservée au nouveau !

ou échec de celui qui essaie de shunter l’essuyage !

malgré la souffrance, on ne baisse pas les bras !

Photos de Bernard et m o

Anne, le Retour

La voilà avec ses mousquetaires

Présentation de l’Evidence, blessée

Attente de la décision…

Le 1er commandement, tu restaureras.

Le sang coule, le pacte est conclu.

Do not disturb !

Pendant ce temps, Jac et Mich élaborent.

Bernard prépare une réception.

Et Joël ajuste les c. de chat et un petit banc pour sa prochaine expé dans le Grand Nord, bon vent, comme dirait le regretté George Pernoud.

Poursuite des restaurations au chaud dans l’atelier

Mais avec distance !
Très grande distance !
« GacedeFrance » s’est échoué aux Iles Malouines ou Falkland mais est vite reparti, et au loin c’est « RoyVoileLatine » de Roger, en haut à gauche…

Vérification faite, Gilles est bien là, ici et maintenant !

Pierre poursuit la restauration de la nacelle, il ponce, passe le mélange de minium et mastic,

mais pas seul, Nelly est revenue et décape.

François est sur les 2 fronts,

sur son nuage, il a noyé son tube d’étambot dans le brai

et posé le support du moteur.

Keskispass ? jouerait il de la flûte tel un moine tibétain ? ?

ça rappelle quelque chose, il travaille aussi sur le færing, avec un modèle norvégien,

ça y est tout est clair,
c’est l’encornât, l’espar aurique, en forme de fourche à 2 dents…

il y a toujours du nouveau, des compétences méconnues,
Sabine s’apprête à opérer…

les futurs vaccinés

rajout de Roger et son bateau ! !

Vendée Globe virtuel au chantier

janvier 2021

De quoi parlent ils sous le regard dubitatif de Nuage ?

R. : je suis 300000 ème et j’ai passé THE Cap Horn !!

G. : moi aussi … sur 10000000 (?), enfin 1 million ! !

OK, les gars, redescendons du nuage et revenons à la réalité : le travail quotidien dans le froid et… réfugié dans l’atelier.

l’arbre pour installer le futur moteur : ce qui ressemble à du papier de chocolat, c’est pour que le brai accroche mieux, qu’on se le dise !

et le mât trop épais, a été raboté, et est prêt à être mis à l’essai

ailleurs… Que vient faire ce doigt pédagogique dans la poulie, au dessus du réa ?

c’est la place du cordage, d’où le trou excentré, élémentaire, mon joël cher !

et merci pour les couilles de chat, pour faire coulisser la voile autour du mât !

ne pas oublier de faire un voeu pour que nous reviennent nos chers « apprentis »

E. amène son boulet de moules pour l’apéro,

attendu avec impatience par Rémi S.

S. en rajoute dans l’attente,

oui c’est bien de la grappa pour nous réchauffer apportée par I. !

et bien sûr les « en-cas » conséquents de C.

il ne reste plus qu’à ramasser les seiches échouées !

Bon appétit et BONNE ANNEE 2021, meilleure que 2020 siouplait !!!

Le chantier au ralenti mais bien en vie

Continuation de la restauration de « Attends moi j’arrive »,

de « Nuage »,

et d’ « Albatros »,

et le nouveau pont avant sur le « Loud »

et Léo nous apporte du bois d’olivier de Nyons

pour restaurer l’étrave du Loud

les sphinx veillent !

et le paquet-cadeau de Noël se prépare

Photos de Marie-O et Léo

DEUX STAGIAIRES DE BRETAGNE À LA PLAGETTE

Alexandre et Vincent sont tous deux en formation au Chantier-école « Skol Ar Mor » à Mesquer (Loire Atlantique). Ce centre est l’un des deux qui forment en France des charpentiers de marine traditionnelle. Dans le cadre de leur formation, tous les élèves doivent effectuer chaque année six semaines de stage hors école. Alexandre et Vincent ont l’un et l’autre choisi de passer trois semaines au chantier de la Plagette, encadrés par des bénévoles de l’association « Voile latine de Sète et du Bassin de Thau ».

Tous deux ont de solides motivations, bien au-delà du projet de construire et restaurer des bateaux traditionnels. Vivre dans le domaine des bateaux, voyager et travailler avec son bateau, naviguer et tout cela dans le respect de la tradition. L’un voulait être plongeur, l’autre était machiniste de théâtre (du bois et des cordages, comme sur un bateau !).

Venir à Sète, à la Plagette, dernier chantier naval traditionnel, c’est découvrir un autre patrimoine, méditerranéen, différent de celui que côtoient nos stagiaires en Bretagne. C’est se familiariser avec des modes de construction inconnus. C’est partager des expériences avec des bénévoles passionnés. C’est découvrir de nouveaux bateaux, pointus à la poupe et à la proue ! C’est se familiariser avec d’autres gréements.

Quelle surprise pour Alexandre et Vincent, en travaillant sur le Loud, de découvrir des varangues, des membrures, un étambot, une étrave, tous taillés dans du bois d’olivier. Il est vrai que le Loud, ce bateau traditionnel de travail de 10,60 m de longs, avec ses deux mâts, nous vient de Tunisie.

C’est une grande satisfaction pour Sète, pour le chantier de la Plagette, pour « Voile latine de Sète et du Bassin de Thau » d’être reconnus par nos amis bretons qui s’investissent massivement pour leur patrimoine en nous confiant deux de leurs élèves. Alexandre et Vincent ont été adoptés par les bénévoles de l’association et seront toujours les bienvenus à Sète et à la Plagette.

Bernard PELLAT

Suite des aventures de nos 2 apprentis charpentiers

Le maitre et ses 2 elèves sur le Loud

Vincent ajuste un barrot de pont

Alexandre mesure

et scie, dur dur !

Vincent, avec Joël, enlève les vieux clous

et Jacques observe

un patchwork,

qui deviendra un loude sous voile, un jour

Pendant ce temps, une femme nous fait presque atteindre la
parité…

Une artiste qui s’ignore ! le Van Gogh des bateaux !

qui nous envoie un joli reflet, ça nous change des éternels couchers de soleil !

Photos de Nanette, Alexandre et Marie-O

Bienvenue aux 2 stagiaires de Skol ar Mor

Alexandre et Vincent sont venus du chantier de Mesquer vers Guérande, pour 3 semaines de stage.

Vincent rabote,

sous l’oeil de Joël

Alexandre remplace une poutre qui soutient le pont du Loud

les flammes, spécifiques au chêne, quel bonheur d’apprendre ça !

une belle trouvaille : un ancien clou forgé à la main

et ci dessous le pont du Loud

Une rumeur du quai tout proche, la Barcotte de Maud veille

Quel évènement à la Plagette et à la Pointe, comme chaque année en octobre ? Avec un plus cette année !

Les dorades se gaussent !

Photos de Marie-O