L’hiver clément nous permet de restaurer au grand air

Où le bateau de Joël se refait une toilette

où les queues d’aronde des menuisiers sont différentes des marines

où le « Attends-moi-J’arrive » a besoin qu’on s’occupe de lui !

où le loud a gagné son plan de formes

où l’on change le mât de place. Dommage ! on ne voit pas les muscles !

où l’on commence à enlever le pont pour changer le maitre barrot avant qui tient l’étambrai.

où l’on voit le groupe au repos, ce qu’il n’a pas le temps de faire d’habitude !

et voilà la mascotte

et voilà bien croqué!

Restaurer n’est pas réparer !

Qu’on se le dise !

Guy BROUET vient d’éditer un ouvrage sur la restauration de Thétis.
250 pages de textes largement illustrés, une leçon de savoir faire pour que la restauration d’un bateau de patrimoine soit menée avec méthode et respect. Tout un état d’esprit nécessaire pour une restauration réussie.

Restaurer un bateau impose de remonter au temps de sa conception, de pénétrer son environnement naturel. La restauration du bussi « Thétis » est l’occasion de vous transmettre une expérience, un vécu. En ce sens, le présent ouvrage est un guide dont chaque chapitre sera une étape de la restauration de votre propre bateau.
Mais à quoi servirait une méthode si elle n’était accompagnée des savoir-faire, modes opératoires et vocabulaire, liés à la charpente navale ? Comment réaliser un devis de tracé et en déduire le plan des formes ? Comment refaire un bordé, en tracer le développé et tenir compte des équerrages ? Comment calculer les caractéristiques d’une coque afin d’y adapter son gréement, sa voilure ?
Ce livre dépasse le cas particulier de « Thétis » et des barquettes méditerranéennes. La démarche, les modes opératoires expliqués et illustrés par d’innombrables photos, schémas et plans, les nombreuses références bibliographiques, permettront à toute personne motivée et passionnée de conduire le travail de restauration de sa propre unité.
Ce travail a fait l’objet d’un dossier de 14 pages sur la revue le Chasse-Marée (CM N°269 de juillet 2015). Vous pouvez aussi vous y référer.
« Thétis » a été classé Bateau d’Intérêt Patrimonial (BIP) vous pouvez le retrouver sur le site de la Fédération du Patrimoine Maritime et Fluvial.

*******************

Préface

Dès l’âge d’or des cathédrales, les compagnons « voyageaient la France »*. Le verbe «Restaurer », premier mot du titre de ce livre fait écho à la devise de ces voyageurs du savoir, ouvriers et apprentis : « Ce qui doit être fait mérite d’être bien fait » car restaurer c’est s’engager.

En charpente navale traditionnelle, restaurer un bateau c’est s’engager à respecter ses règles de conception, ses formes spécifiques, les essences de bois qui constituent sa charpente car il s’agit souvent d’un outil de travail parfaitement adapté aux côtes qu’il fréquente. En cela, la démarche de restauration ne peut être ni considérée ni entreprise comme une simple réparation.

Ainsi les savoir-faire propres à la charpente navale devront s’enrichir de la composante culturelle indispensable pour mener à bien le travail de restauration.

Ce livre vous invite à partager l’histoire de la restauration de Thétis, bussi catalan. Il vous informe sur la démarche mise en œuvre. De la quille aux éléments de gréement et au calcul de la voilure, il livre les raisonnements techniques spécifiques, présente à travers l’exemple les solutions choisies et les modes opératoires. En ce sens il s’agit bien d’un guide. Il vous emmènera de Banyuls à Palamos en passant par l’Escala et le musée maritime de Barcelone. Ce voyage sera votre compagnonnage.

Par sa bibliographie, il vous informera sur les ouvrages de référence, nécessaires pour acquérir les compétences des compagnons charpentiers de marine. Un glossaire des termes techniques vous aidera à acquérir le vocabulaire métier.

Je vous en souhaite bonne lecture.

Guy BROUET

* BARRET et GURGAND,  Ils voyageaient la France, vie et traditions des compagnons du tour de France au XIX siècle.

Format A4, 250 pages, relié, papier mi-mat générique 135g/m2, impression Quadri recto/verso. Couverture 4 pages, pelliculage brillant R, façonnage dos carré collé

Numéro ISBN 9 791069 938427
Prix 24€
Contact et inscription par courriel : guy.brouet@gmail.com

Avant mai, on dérouille les bers, etc…

Jacques et Joël ont publié un article sur le loud, bateau tunisien, dans le bulletin de la Société d’Etudes Historiques et Scientifiques de Sète.ils ont mérité un bon repas après C.A. !« l’Evidence » de Philippe va  descendre après carénageet Joël a le nez dans son moteurRaphaël va finir son « Optimist » qu’il transformera en « Opticassou » à voile latineet nous annonce la venue de la fanfare de Sète « les fanfafionnelles » pour la fête des 30 ans !

On navigue aussi :tout va bien ! mais une fuite d’eau surgit : Antoine arrive à point nommé pour encourager Yvon qui a creusé le trou !et l’Albatros est pris en main par Anne et son laser magiqueNelly est heureuse de sortir du bureauquant à Micheline, elle retrouve les gestes de son grandpèredehors Jacques et René s’affairent au dérouillage des bers, chacun avec sa technique

le soleil se couche sur la gondole du nord, on rêve de Venise !

Photos de Philippe, René, Yvon et Marie-O.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas

Ce mercredi 28 février 2018, réveil inattendu et rare : Sète a changé de latitude, est-on en Norvège ?

sur terre, embouteillages

sur l’eau, féérie

les pointus se recroquevillent sous le froid !

la Damienne, le Singe et bien au chaud sous sa bâche, le Pointu.


Le printemps finit par arriver…

Puis sauvetage du Mitch, tout juste acquis, avec l’aide des pompiers, grand merci à tous et à ceux qui l’accueillent dans une eau glaciale.

et Jacques prépare sa Fleur de Ria

et Yannick et Marie-O la Thetis qui va à Toulouse en avril

on essaie une voile pour le færing avec ses ridoirs en olivier

et on casse-croute à l’ombre de la voile la soupe portugaise de René, en prenant un ris, c’est plus prudent !

Photos d’Olivier, Suzanne, Inke, René et Marie-O

Travailleurs-euses au chantier

23 novembre 2017

ça commence par un objet non identifié
un berceau ? un trésor ?
non, une annexe pliable en tissu ! ! !dehors de grandes traverses SNCF pour réparer les berset un bout du bateau « Santa Espina »dedans, la ruche :
Le Færing est passé au minium par Sabine, Yannick, et Gilles

et Joël trace et scie le safranGérard aiguise à sa guisetandis que Jean-Louis et Anne
s’affairent au relevé des formes de l’Albatroset les tâches les plus humbles récompensent Viviane et Antoineau bureau, c’est du sérieux : Philippe emmagasineet Monique et René comptent et recomptentMarie-O roumègue et Inke l’apaiseheureusement le moment préféré arrive : 22 novembre,
le beaujolais nouveau est là, que faire ?

Luc arrivé le dernier est le premier sur les lieux ! !ça déclenche Jacques et ses Racontars ( lire ceux, homériques de Jorn Riel au Groenland )fascinés ? !en tout cas ouvriers-ères, heureux-ses!

Photos de Philippe et Marie-O