Arturo : une nacelle 
est née dans les Alpes

Bertrand Serre vient de construire dans son garage à Montgenèvre une véritable nacelle de l’étang de Thau !

Il a été inspiré par un article de notre Blog « À la recherche des Amadiés pour une nacelle à Bouzigues ». Il a trouvé un mode d’emploi pour la construction sur notre Site, « Fabrication d’une nacelle avec André Aversa », et il s’est lancé ! … 

N’ayant jamais construit de bateau, il a contacté Guy Brouet et s’est procuré son livre sur la construction de Thétis qui fourmille de détails très concrets et très utiles pour tout apprenti charpentier de marine.

Toute la charpente, ainsi que le gréement et les avirons, sont en bois massif local, mélèze, pin sylvestre et pin à crochets (pin suffit), récoltés sur chablis dans les bois de Mongenèvre, le bordage est en pin du Granon, fourni par une scierie de la vallée de la Clarée.

Pour résoudre quelques petites appréhensions il a suffit de correspondre par mail. 

Notamment pour le calfatage des bordés

Tout s’est bien passé et à la fin de l’été 2020 …

Les premiers essais de mise à l’eau sont réalisés sur un petit lac en face de chez lui afin de tester la flottabilité de l’embarcation, ainsi que sa stabilité.

Serait-elle pas un peu jalouse ?

Puis c’est le grand jour !
Le 8 octobre Arturo a navigué « pour de vrai » sur le lac de Serre Ponçon, pas top pour une première… des rafales à 17 noeuds ! mais le capitaine en a vu d’autres !

Photos de Bertrand et de Joël pour les fers à calfat !

Courte visite au Musée de la Mer à Gênes

Nous avons ré-édité pour vous, un article du Blog qui date du 5 juin 2010

À l’entrée

p1110981b.jpg

une maquette de galère

p1110984b.jpg

devinez ce que c’est

p1120002b.jpg
Un "renard", sur la gauche de la photo, c'est un aide mémoire en forme de rose des vents, comportant 32 "rhumbs" ou directions de vents où sont notés les caps suivis toutes les heures (4 cercles de trous pour un quart de 4 heures).
Au dessus un tableau rectangulaire pour les vitesses en noeuds mesurées au loch elles sont notées l'aide des fiches reliées par des ficelles (3 lignes de trous de 1 à 15 noeuds).
A la fin du quart de veille, l'officier pouvait reporter sur la carte les indications fournies par le renard.
Nous a répondu Maurice, un grand merci. 

Felouques sur le Nil

Jo et Marie-Thé, adhérents de longue date sont allés en Egypte en 2008 et ont utilisé les voiles latines comme transport

ça commence par un chantier sur le fleuve

puis une modeste felouque en usage

antenne longue, bord coupé et taud

la « Royal Cléopatra » pour touristes

plus sophistiquée avec 2 voiles, sur fond de désert

sur fond plus vert d’oasis

tranquilles, à l’ombre

à mauvaise main

et l’on hisse la voile, on dirait que le mât est en palmier

on part dans le blanc…

Photos de Marie-Thé, notre ancienne secrétaire adorée.

Moustique et la pinoche magique

Conte pour les petitous, qui supportent le confinement héroiquement; écrit par un adhérent

Il était une fois dans une ile singulière,
Un petit bonhomme qu’on appelait moustique
ça c’était pas son vrai nom !
En fait il s’appelait Tobin,
Mais il parlait tellement dans les oreilles des gens. Il disait bzz bzz bzzz, bzz bzz bzz, bzz bzz, … Qu’on l’appela moustique!
Bref Moustique adorait la nacelle de son grand père Un petit bateau en bois tout peint en orange et rouge Une nacelle à fond plat
Qu’on appelle Bella Latina
Et qu’on peut voir accroché à l’une des échelles
Du vieuuuuuuuuuuuuuuuuux ……..
Chantier des Voiles Latines de Sète
Mais aussi du Bassin de Thau

Il est tout là bas, au bout du canal Royal
Là où le Grand Mistral souffle à pleines joues,
Et fait tourner à fond les grandes ailes des éoliennes de Villeveyrac

Mais attention !
Quand à l’entrée de l’Etang
Vers le phare de la Point Courte,
le canal se creuse de vagues panachées,
Il n’est pas bon de s’y aventurer.
D’ailleurs,
Si jamais vous passez sous les deux ponts, en bateau, quand souffle le Mistral Les passants à pied, emmitouflés
Vous diront non …
N’y allez pas
Et les passagers du TGV
agiteront leurs dix doigt
En vous criant
ça va pas !!

Ce qui veut dire la même chose.

Bref dans ce vieux chantier, il y a
De vieilles échelles qui plongent dans l’eau de l’étang Fabriquées avec des vieilles poutres et de vieux rails Sur lesquels roulent des vieux chariots
Tirés par un vieux treuil
Sur lesquels on trouve des vieux bateaux en bois

Ainsi que dans l’immense vieux hangar
Et dans l’atelier qui est vieux comme le reste

Car ils attendent tous d’être réparés Pour retrouver une nouvelle jeunesse

Car c’est si beau de voir naviguer sur l’étang
Ces vieux bateaux le soir leurs belles voiles dans le vent
.

Tout autour travaillent de vieux grand pères qui ont tous des petits fils
Et c’est là que reprend l’histoire de Moustique et son Grand Père Vieux Marin

Le matin très tôt Moustique se lève prend sa canne à pêche et descend au chantier

Il détache Bella Latine
Qui est amarrée avec une corde en chanvre et un nœud très spécial
Le nœud de chaise,

Plus fort dessus tu tires, bien plus fort il se serre Mais se défait sans rire, facilement mon cher

Moustique hisse l’antenne en haut du mât Défait les nœuds plats des garcettes
Pour libérer la belle voile latine
Qui se gonfle à mauvaise main

Et file sur l’eau vers la balise de Rouquerols

Attention aux récifs Moustique connaît les lieux Il affale l’antenne
Jette l’ancre, sort sa ligne,

pêche, quelques dorades
Mais il est bien lourd ce poisson
Moustique tire, c’est difficile, tire c’est difficile…..
Et voit soudain apparaître un vieux sac en cuir
Plein de choses bizarres et intéressantes
Il y a un bouteille avec un bouchon
ça brille là dedans …et ça cogne.
Moustique n’en croit pas ses yeux
C’est le génie de l’Etang qui veut sortir
Il regarde de plus près…

sur un tout petit morceau de papier il lit :

Si tu me laisse partir hé mon ami moustique Je te donne sans mentir, la pinoche magique

Moustique défait le bouchon
Le génie se transforme en géant
Et s’envole au Rajasthan
Pour revoir sa maman
Qu’il n’a pas vu depuis mille ans
Mais c’est une autre histoire…
Auparavant il laisse tomber dans la main de Moustique la pinoche magique

Boum crack, Moustique a oublié le récif
Il regarde le plancher de Bella Latina
Il y a un jet d’eau, il y a un trou .Que faire ?
Il sent dans sa main quelque chose qui bouge et qui crie C’est la pinoche magique qui lui dit
« Prends moi au bout de tes doigts
Et pousse moi dans le trou
Je m’occupe du reste »
« Mais tu es tout petit » lui dit Moustique
« Fais c’que j’te dis », lui répond pinoche

Pas plus tôt dit que fait, dans le trou posé
il se gonfle comme un ballon, débordant des deux cotés

Plus de danger, il n’y a plus qu’à écoper
Reprendre la barre et filer vers le chantier
Ou l’attend son grand père Vieux Marin qui ronge son frein Tout content de voir son tit fils Moustique plein d’entrain Et de dorades, car il est très gourmand, Vieux Marin
Et très curieux de voir ce qu’il y a dans le sac en cuir !!!!
Et vous les enfants ?????

René

PS: pinoche, petit cône en bois pour boucher un trou dans la coque.

Et pour réveiller nos facultés créatrice Jacques nous envoie cette aquarelle de Michea d’un boutre

Barques et Iles Eoliennes ou Lipari

Notre Ulysse arrive à l’Ile d’Eole; décentrons nous, il n’est pas le seul (trouvé sur le site de Paulilles)

îles blanches (pierre ponce) ou noires (basalte et lave des volcans)

maisons à colonnes , Ulysse se sent chez lui

Le « facteur », film sur la vie de Neruda avec Philippe Noiret, fut tourné par là

barque et magasins haut perchés

Le Stromboli en majesté

A ses pieds le sable noir, comme à Agde

et plus loin, sur l’île de Filicudi, Ulysse « retrouve » ses « racines » mycéniennes !

Texte et photos de Marie-O : siècle dernier, année 1999.

Notre Odyssée de poche

On suit Ulysse, hier en Italie, aujourd’hui à Minorque, au pays des matins calmes, un petit bijou non pollué (en 2008).

On est bien chez les voileux latineux

ok mais où est le mât, c’est pas plutôt un taud ?

bon, ya quand même des camettes, et même doubles, très accueillantes

et un petit chantier niché dans la verdure

mais le top, c’est l’auberge espagnole où l’on amène son bateau !

des maisonnettes, « des magasins » comme à la Pointe !

ils tiraient les barquettes au moyen de pièces de bois pour les faire glisser

ça a l’air vieux dis donc, mais ya aussi du ciment et une espèce d’haltère en caoutchouc ! ?

pour rouler et passer la marche ! trop fort !

et pendant qu’Ulysse visite, s’attarde, note (le rusé) les avancées technologiques pour les copier (le malin, c’est lui le cheval de Troie), Pénélope, bien cachée, attend…

Texte et photos de Marie-O

Des barques confinées en Italie

Les « Cinque Terre » en Italie du Nord, 5 villages de pêcheurs perchés, au bord de la mer, où les barques n’ont guère de place mais sont partout; à Manarola ou Vernazza par exemple.

dans la rue principale

suspendue, au petit port

très chics dans leurs costumes de bagnard

il y a aussi des bers pour monter les barques avec des pièces en bois en travers pour mieux glisser

à Levanto il y un peu plus de place et les rails nous emmènent…

au fait on y va en chemin de fer ou de randonnée

Bon vent !

Photos de Marie-O, d’il y a 10 ans !