Faire des filets, de poisson, en pleine mer.

Facile, foi de Joël ! voici ma recette :
d’abord, un chalutier donne l’envie

mettre un fil dans l’eau:

on le voit à la traine

se munir de liquide

pas si vite, syndrome du naufragé ?

commencer à retirer les filets

continuez à découper finement

et voilà, encore crus

ajouter une pincée de sel…de mer

presser le citron du jardin

au bout d’un temps, à volonté, offrez le à votre cothurne

n’oubliez pas la digestion, les chaussures dans l’eau

et au téléphone, c’est d’actualité, pensez aux confinés !
en revenant de Collioure, pour « passer » le temps !
P.S. : nouvelles espèces ayant muté, les mermalanquereaux !
(1er avril, avec du retard)

Photos de René

Les étangs zens

Pour le 1er avril, loin des poissons, plutôt les lieux d’où ils viennent.

La barque prise dans le gel attend des jours plus chaleureux

le sel de la terre indispensable, à Aigues Mortes

une nacelle comme un tableau sur l’étang de Bagès

un vol de flamands au-dessus de nos inquiétudes

la splendeur des plumes à l’étang d’Ingril

les reflets des flamands insensibles à nos peurs

c’est la vie en rose qui se reflète

notre pensée s’étend du phare du Roucayrol

à celui des Onglous à l’autre bout de l’étang de Thau

les tables des ostréiculteurs nous illuminent de leurs lampions

la barquette sur l’étang qui étincelle

et sa cousine naviguent de conserve

le bleu se conjugue au blanc

la surface intranquille évoque la mer proche( cf « l’intranquillité » de Pessoa!)

la voile transparente comme un voile de mariée

puis le commencement des ombres chinoises

les filets avancent en procession silencieuse

tandis qu’une caravane attend son ermite

les cormorans noirs se hâtent vers l’orangé du couchant…

extrait de « la zénitude »

Texte et photos de Marie-O

Les capians de Sète

D’après la tirade des nez de Cyrano de Bergerac, E. Rostand

C’est un peu court, jeune homme !

c’est la Mer Rouge quand il saigne

un perchoir pour un oiseau

à amputer

pour pendre un chapeau, très commode

attention de ne pas tomber en avant

aucun vent ne peut résister, excepté le mistral

souffrez qu’on vous salue

le voilà donc, ce « capian » qui des traits de sa « barquette », a détruit l’harmonie

c’est avoir pignon sur rue

et la Mouche du coche ajoute

mastoc, il résiste

d’autres entravés dans leurs cordes

et un, qui un peu snob, fait cavalier seul

en se promenant le long des canaux, quand on pouvait…

Texte et photos de Marie-O

Printemps au chantier malgré tout

Inke nous envoie les premières fleurs écloses au chantier pour célébrer le printemps confiné

ça m’a donné l’idée, merci Inke, de partager les fleurs de mon jardin ( j’ai cette chance extraordinaire par les temps qui courent ) en macros

griffe du diable
volubilis
fleur de grenadier
mimosa
fleur de fève
oxalis
bourrache
fleur de citronnier
rose et cétoine
fleur de ‘cactus’
rose trémière
gaillarde
artichaut

les fleurs sont des artistes

Le Grand Confinement nous fait virer de bord

On nous prônait la vitesse, le changement perpétuel, maintenant, total ralentir, ne plus bouger.
Voici quelques photos pour s’évader :

Saga du Midi : strophe 1

Zen, toute la France enroulée sagement :

ou solidaire comme les mailles du filet

ou la tête dans les vapeurs d’alcool du café « cremat »

ou comme les bêtes pas si bêtes : bâbord ou tribord ?

ou tous ensemble, mais où ?

ou anar, on s’en fout, on va où on veut !

strophe 2

du vague vers la précision, reflet ou réalité ?

ou encore :

ou encore :

strophe 3

allez, on largue les amarres, à l’étang ou en mer :

strophe 4

on arrive dans la Mer de Sérénité et on bade :

strophe 5

mais les sentinelles veillent :

piqûre de rappel :

Machado nous rappelle notre destin

alors, élevons nos pensées

à la bonne votre, nous dit Salvador (nom prédestiné!) le charpentier

et rentrons tranquilous à la maison !

Photos et texte de Marie-O