Anniversaire des Voiles Latines de Sète et du Bassin de Thau

Les 30 ans, le 30 juin 2018, c’est FÊTE et un peu de travail pour accueillir dignement nos invités et retrouver les anciensoui, 30 ans !Avant, une partie du commando de choc, Monique préparant les fraisiers surprise !nos barques, d’avant et de maintenantL’homme des sons et lumières bien encadré !montage du chapiteauarrivée des huitres et moulesarrivée de Lucien Gras, ancien présidentnos anciens présidentsla chaleur appelle au bar !MM. Aversa et Tudesq du Lycée de la Meret M. De Santis, dit Nanoules musiciens d’Ukulele sous une chaleur tropicalesol y sombrasieste ou navigation molle !la SNAGAT d’Agde au repos !

et l’hommage d’Occitarameset le plaisir de revoir Arlette Salles, compagne de Jo Candela, charpentier qui a accueilli la Cette à ses débutson lui offre un peu des 50 kilos d’huitres !brochette d’anciens présidentsla Plagette dégusteon n’oublie pas les 100 kilos de moules et les volontaires à la cuisson !

et un petit discours sympathique, bien épaulé, devant la jeune génération !le soir tombe et à la demande expresse de Martineautre brochetteNadine V et une accordéoniste la Fanfafionnelle

et Rafaëlla brasucade continue tranquillementvaillantset la chorale impromptue grâce au talent d’un « fondateur » retrouvé !

sans oublier les gâteaux somptueux des pâtissiers et de la fraisière !On a eu des étincelles plein les yeux !

Grand merci à tous de votre venue et participation.

Photos de René et Marie-O

A propos de la Cette

Sont parus sur facebook et ailleurs, des « critiques » très négatives et ne tenant pas compte de la complexité historique de cette belle catalane qui a été emblématique de l’Association des Voiles Latines de Sète, fondée en 1988.

Restaurée pendant 4 ans au chantier Candela, avec les conseils d’André Aversa, qui avertissait dans une lettre en 1993, de la difficulté de son entretien eu égard au peu de bénévoles !

En effet elle a subi des avaries, coulé 2 fois, été restaurée tout le long avec courage…MAIS

il faut des gens qui s’investissent,

il faut des bras,

il faut de l’argent,

il faut du temps,

il faut un bosco et son équipage,

les gens se désinvestissent,

il y a d’autres problèmes,

le treuil à entretenir,

les rails de bers à ressouder,

des gens s’en vont, partent sous d’autres cieux…

que ceux qui n’ont rien à se reprocher, jettent la première pierre !

ou chacun est en partie responsable !

19971999 Giens2001 avarie chantier Palumbo Agde2002 calanques estiradeinterview

2003 pêche au gangui

esparmage base Tabarly2005

2008 calfatage20092011 elle coule, tempête à Sète2013 elle coule à Bouzigues2014 une nouvelle équipe essaie de la restaurer

la Féderation du Patrimoine Méditerranéen en visite2017-2018

et aujourd’hui.

Il faut tourner la page, on a gardé la proue comme témoin, on travaille tous azimuts pour le patrimoine maritime, on a une belle flottille, ouverte sur d’autres bateaux traditionnels on se bat pour le dernier chantier qui nous a pris, comme prévu en 2004, beaucoup d’énergie et, non on n’a pas honte mais des regrets, …  oui  !

Invités par l’association du Barrou

Le 23 juin 2018

5 barques débarquent sur un ponton peu protégé, ça bouge !

L’antenne de Joël s’étant cassée, nous embarquons les volontaires en début d’après midi car le vent doit faiblir.

l’Aubane, ce matin le Chrisylvanat promènel’Hébé aussila Damienne, les gens sont intéressés car ils ont souvent de la famille qui avait des barques et pêchait…la yole est rapide et non pontée, on entend l’eau !

Fleur de Ria et Thetis nous rejoignent au retour avec Anne et les jeunes de ConcordiaAu Barrou, nous avions bien mangé la mouclade, les tielles et les desserts offerts aux équipages mais l’apéro du soir est un must car les jeunes s’en vont cette semaine.Régine conseille Janine un beau souvenir !

Chantier international de jeunes Concordia au chantier des voiles latines de Sète

Ana de Russie, Tran de Belgique, Veronika de Tchékie et Eric d’Allemagne sont venus travailler 3 semaines à la Plagette

ils ont aussi cuisiné leurs spécialités et goûté celle de René

échanges, échanges ? vous avez dit échanges …

à refaire !

Trois jours à la SNAGAT au Bon Accueil

Où ? sur la lune ?non, bitte d’amarrage (en pierre de lave) au Grau d’Agde, à l’embouchure du fleuve Hérault !

Les voiles latines ont bien gagné 3 jours de vacances à l’autre bout de l’étang de Thau, au volcan d’Agde, invitées avec d’autres Assoc, Palavas, Frontignan et Sète à ramer et naviguer, par nos amis rameurs; nous sommes une douzaine, logés et nourris, très chaleureusement et généreusement accueillis par une dizaine d’infatigables bénévoles : grand merci !

Vendredi 8 juin, nous y allons avec 2 pointus par l’étang et la mer, et 3 barques + petites sur carriole : Chrisylvanat, Damienne, Fleur de Ria, Forban et Thetis.

Salah et Roger se régalent :

Beau temps mais mer agitée au sortir de Marseillan !

et l’entrée du Grau, itou, après le fort de Brescou

mais la soupe de champagne des agathois nous ravigote !

et Jacques retrouve Jean-Patrick de la FPMM

Samedi 9 juin, les discussions vont bon train avec Monsieur (89 ans) Venture notamment

Au repas on nous annonce que la forte mer nous empêche d’aller à la belle plage de la Conque, ancien cratère !

Mais chants, rames yeux bandés, apprentissage de la godille, navigation sur l’Hérault et plus tard « baletti » suffisent à notre bonheur !

Michel Rezé ne nous laisse pas faire la sieste !

et le sympathique couple catalan toujours fidèle aux rassemblements.

Nous sortons en mer et René perd sa casquette : exercice de l’homme à la mer, il n’aurait pas résisté car la gaffe porte bien son nom !

Dimanche 10 juin, on attend les sétois pour remplacer un bout de drisse et on répare les camettes qui soutiennent l’antenne

puis on se rend à l’embouchure pour se rassembler et remonter le fleuve jusqu’à Agde, la Marine, pour un dernier repas avant de se disperser.

Aïcha et sa copine peut-être future capitaine de la Marine Marchande,

et Xavier nous régale de seichesChristian nous aide à remorquer les sans moteurs

la cornemuse fuse

????

arrivée affairéeElizabeth a bien barréapéritif offert par la mairie, eh oui !

chant en occitan

et …rassemblement symbolique en musique !

puis on repart par les écluses et le Canal du Midi qui débouche dans l’étang aux Onglous en laissant l’austère cathédrale en basalte.

on monte et on descend dans l’écluse ronde !

on goûte devant les Glénans

on retraverse l’étang, à voile et à moteur, Anne est tous yeux car le jour baisse.

Inke porte sa croix, le croisillon qui soutient le mât que Joël va baisser

et on finit au soleil couchant avec une petite panne de batterie, histoire de ne pas oublier la solidarité !

Un grand merci aux agathois pour ces 3 jours passés dans un autre monde !

Photos de Roger, René et Marie-O

Le chantier tourne à bloc

c’est la Grèce sans l’ouzo !ça commence par une réunion suivi de l’apéro

nous accueillons Roger et Elizabethde nouveaux écoliers arrivent

et repartent des projets plein les yeux.

Le nouveau drapeau va être hissé

le trou va être rebouché par Joël entr’autres

et Yannick, tranquille !

ça grouille !

l’herminette et le calfat indispensables !

ça c’était jeudi 31 mai et on enchaîne samedi 2 juin

2 nouvelles barques sont au carénage : le « Nuage » de Gérard de Palavas, le roi du karcher !

Evelyne ponce et repeint

et le « Gigi 2 ».

Le trou est rebouché

et Antoine et René refont une partie du plat-bord

Nath est dans les archives

et dans l’atelier on enjolive

tandis qu’Anne transpire !

dehors c’est la récré

sans oublier la navigation

Olivier emmène Anne, Aïcha et Pierre-Yves font un vire-vire sur la Thetis

la Rondine le ramène

et Yvon jette un dernier oeil vigilant

le dimanche, petit temps, petite navig vers Bouzigues : Anne, Aïcha et Pierre-Yveset « Bise-Aigue » file, à son habitude…et les fanions se voient de loin !

Photos de Yvon, Phil et Marie-O.

Renouveau du ber 2

L’un monte, l’autre descend : vive les deux bers

Laurent finit de peindre les listonset Hocine se prépare à changer 3 jambettes.La connexion entre les rails tient bon, Gérard avait passé encore du temps à retailler les traverses.

Les « chaussettes » de protection tricotées font un effet très chic !On ne voit pas le couteau de Joël, dans sa main droite, pour tâter le bois pourri.Sabine et Yannick continuent… à peindre !Une autre classe studieuse avec Jacques.et la bande des 4 surveilleet se rassure !ah ciao !

Des gros bras ont changé les lourdes poutres de place, histoire de ne pas perdre la main.avec une belle ceinture, manière de …encore de la belle ouvrage, comme disent les canadiens !
tout ça entre deux averses !

Photos de Nelly, René et Marie-O

La deuxième échelle, enfin !

Qu’es aco? une roue du grand ber (chariot) qui permet de descendre ou monter un bateau sur l’échelle (composée de rails et de traverses).

Avant : ici on voit l’usure et la rouille, pas sétoise !

Donc au boulot ! et c’est lourd ! Gérard porte l’éclisse et la responsabilité !

très lourd ! 6 hommes et un rail, Jacques sur un pied !

+ un chalumeau pour percer le rail, Yvon s’en saisit !

Antoine a peur de perdre sa pochette !

avant, il faut scier, René se concentre !

Hocine s’élance pour le saut à la perche

il faut rajouter du poids, Philippe s’y colle !

le 2ème rail

Gilles esquisse un pas de deux

joli bouquet d’hommes !

ici, il s’agit de boulons perdus …et retrouvés

la flamme jaillit !

le roi du chalumeau, dans toute sa splendeur !

le chariot descend ! …un peu aidé !

le soulagement du contremaître !

il a mérité qu’on le nomme aux Oscars, Gérard !

Récompense : une tranche de rail en guise de noeud papillon, c’est lourd toujours !

On est tous fiers ! grand merci à tous les bénévoles !

Photos d’Antoine, Philippe et Marie-O