Lancement de la barque norvégienne le 13 janvier

Elle s’appellera Odin ou Thor ou ? Elle flotte et nage…

En attendant le mât du « Singe » est refaitet Nic et Nanette les propriétaires partagent le repas (boeuf bourguignon s’il vous plait !) de Philippenous tirons les Rois traditionnellement et Inke en est la Reinesuivi d’une vaisselle inoubliable !Pendant ce temps le Faering-oselvar attend dans son écrinremarquer la longueur du gouvernail, adapté à la future voile et le petit morceau  en olivier pour la « méditerraniser » !

Elle s’ouvre à la viepuis le cortège accompagne la mariée à ses noces avec la mer,
ici l’étang on réfléchit démocratiquementla bosco-quette la baptise d’un cidre « viking-normand »

le safran se rebelle

Corinne dédaigne l’offre de Joël … et droit dans les filets, ou semble ( le zoom est responsable !)mais la yole de Gilles (d’origine écossaise, et ici du Loch Ness, construite par des élèves de la Segpa) se porte à leur secours !et Thérèse notre petite nouvelle avec enthousiasme et peut-être inconscience s’empresse2 équipes aguerries !au loin Martine résiste à une menace !seront ils drossés sur les rochers ?qu’est ce qu’il a ce safran? l’a t -il subtilisé ? et dans quel but ? vous le saurez à la prochaine sortie. le « radeau » de l’Yness arrive en conquérant …Sandrine touche du bois !on dirait qu’ils font semblant ?quelques modifications : faire un petit gouvernail, estrops trop grands, bancs trop rapprochés ?et la touche finale, il nettoie plus blanc que blancconfiante, elle va s’habituer à la Méditerranée…Jacques a complété

Photos d’Antoine , Marie-O et Jacques !

Avant l’année nouvelle

Quelques voeux :

que nos si beaux

mais modestes bateaux

enjolivent encore longtemps nos canaux !

voici une nouvelle barque à caréner, celle de Frank que nous sommes heureux d’accueillir

puis le « Færing », nom de plume « Oselvar » qui a sorti son beau plumage

là , c’est avant la mue…  il sort de sa chrysalide, la carriolepuis on le décape, ponce, passe au minium, puis apparait un dimanche soir, un noir aussi beau que celui de Soulages ( merci Corinne ), et un vert d’une fraîcheur qui va lui porter bonheur, très chic !

finitions en cours …

et bien sûr l’année nouvelle avec nos dévoués bénévoles :

Au poêle, les Voiles Latines cette année ! 

Cliquez pour voir le calendrier

à très bientôt
et que les fêtes soient simples, amicales et aimantes !

Photos de Philippe et Marie-O, montage des photos du calendrier : Fanchon

Les « Encornés » de décembre

« Louise » a été déplacée« Léon » a failli couler !

et le « Færing » se porte bien !

un dessin d’artiste qui va être beaucoup copié

mais surtout un festin se prépare : Joël et Antoine ont pêché les encornets qu’ils, avec l’aide de leurs femmes ( sans qui …)
ont fait cuire ;

au menu : salade de pêcheur et encornets farcis,si, si,
plus tout le reste

Luc, désintéressé, aide Yvon à étaler son pâté de maquereaux

Jacques et Nathalie se demandent si Joël va leur laisser de sa salade

Marité entre autres s’est régalée !

il faut dire que Micheline avec son punch tout droit arrivé de
Martinique y est pour quelque chose !

ça c’est des encornets, mosieur !

Inke ne lève pas les yeux pour ne pas en perdre ! et René lorgne sur l’assiette du voisin !

ils se tiennent encore debout, sauf un !

et pour finir les deux amies chantent « que je t’aime… »
pour honorer Johnny !

Photos d’Antoine, René et Marie-O.

Travailleurs-euses au chantier

23 novembre 2017

ça commence par un objet non identifié
un berceau ? un trésor ?
non, une annexe pliable en tissu ! ! !dehors de grandes traverses SNCF pour réparer les berset un bout du bateau « Santa Espina »dedans, la ruche :
Le Færing est passé au minium par Sabine, Yannick, et Gilles

et Joël trace et scie le safranGérard aiguise à sa guisetandis que Jean-Louis et Anne
s’affairent au relevé des formes de l’Albatroset les tâches les plus humbles récompensent Viviane et Antoineau bureau, c’est du sérieux : Philippe emmagasineet Monique et René comptent et recomptentMarie-O roumègue et Inke l’apaiseheureusement le moment préféré arrive : 22 novembre,
le beaujolais nouveau est là, que faire ?

Luc arrivé le dernier est le premier sur les lieux ! !ça déclenche Jacques et ses Racontars ( lire ceux, homériques de Jorn Riel au Groenland )fascinés ? !en tout cas ouvriers-ères, heureux-ses!

Photos de Philippe et Marie-O

Du Chantier de l’Enfer, Anne est ressortie charpentière

novembre 2017 : elle a bien voulu nous faire part de son année

Retour aux sources !
à Sète au chantier de la Plagette


Photo Voile Latine de Sète et du Bassin de Thau

Photo Pierre Cizeau

Après un an de formation en Bretagne aux Ateliers de l’Enfer de Douarnenez, un CAP de charpentier de marine en poche, je retrouve avec plaisir le chemin du chantier de la plagette à Sète.
Finalement, c’est là que tout avait commencé, du temps de Nanou de Santis, quand on venait gratter la coque du bateau de mon grand-père avec mes cousins, j’étais fascinée par le travail du charpentier. Puis côtoyer l’Association des Voiles Latines de Sète et du Bassin de Thau, qui a su préserver ce chantier mythique,  n’a fait que confirmer mon envie de travailler dans ce milieu.

Avant de partir de Sète, la famille m’offre une panoplie de survie : grand parapluie, bottes et bouillotte !
J’ai largement survécu, je me suis carrément régalée, il a fallut avouer aux sudistes incrédules que j’hésitais à redescendre…

Comment résumer une année où se sont concentrés en un même lieu des passionnés de bois, de mer et de vent, de bateaux, de travail, de voyages, de découvertes et même de pêche ? Aucun des bateaux sur lesquels nous sortions n’avait de moteur, toutes les manœuvres pour sortir du port étaient à la voile et tout le monde trouvait ça normal !

Quel régal le jour de la mise à l’eau de naviguer sur les bateaux que nous avons construits en apprenant les techniques de charpente marine traditionnelles bretonnes et… chinoises. Car cette année le programme de formation comptait un Sampan chinois et un Maquereautier de Saint-Malo.

Photo Mélanie Joubert / Le Chasse-Marée

Pose de la préceinte du maquereautierphoto Mélanie Joubert / Le Chasse-Marée

L’intérieur du squelette, la carlingue, étuvée, est mise en forme aux serre-jointsPhoto Pierre Cizeau

Ponçage du pont, les bordés de pont et de haut de coque sont en pin d’Oregon, les bordés de fond en chêne, il reste à poser les quatre clores pour fermer totalement la coque, qui attend dans cette position
de recevoir son lest en fonte de 800kg.Photo Mélanie Joubert / Le Chasse-Marée

Finition de la coque, après calfatage, on bouche les coutures entre les bordés et les trous de vis au mastic de vitrier mélangé à une peinture de protectionPhoto Mélanie Joubert / Le Chasse-Marée

Débit du mât de 9 mètres en pin d’OregonPhoto Mélanie Joubert / Le Chasse-Marée

Le jour de la mise à l’eau fut une belle fête pour tous,
les 22 charpentiers de marine, les 9 voiliers et les 9 selliers
des Ateliers de l’Enfer accueillis chaleureusement
le temps d’une année parmi les douarnenistes.Photo Mélanie Joubert / Le Chasse-Marée

Un grand merci à Mélanie et Jacques du Chasse-Marée, qui nous ont suivit patiemment toute l’année pour consacrer un bel article à notre année de formation dans le numéro 289, encore visible sur internet.

Texte : Anne
Photos : Le Chasse-Marée

Patrimoine maritime italien

Des visiteurs de notre chantier venus aux journées du Patrimoine de septembre 2017 nous envoient des nouvelles de Venise et sa lagune.

Plus précisément de la « Forcola » ou fourche utilisée depuis des siècles par les gondoliers.

devenue une vraie pièce d’art

un article du 14 juillet 1997 atteste de l’intérêt renouvelé

Et puis il y a l’Adriatique sur laquelle ont navigué des voiliers de transport de marchandises, les « Trabbaccoli » et dont un exemplaire « l’Isola d’Oro » navigue encore à voile aurique, 20 m environ, un équipage de 10 personnes, on peut en voir au musée de Cesenatico vers Ravenne.

en pleine charge

e la nave va … quel beau « Trabbaccolo » !

Grand merci à Christian Casse pour ces photos et documents.

Les Décapeurs sont à l’oeuvre sur l’Oselvar

Ce matin pluvieux d’octobre, enfin la pluie !
marre de l’été indien. Ils sont 4 dans l’atelier

YannickSabineGilleset François les yeux pleins de bleu, à quoi rêvent-ils ?
peut être à cette crique en Corse ?

Quelques infos de Joël

1 – Ce qui a été fait : quille renforcée, fentes rebouchées, peinture sous marine et blanche d’une partie de la coque enlevée, banc du barreur.

2 – Ce qui reste à faire : finir décapage peinture ( en cours ), fixer bordés, safran ( plan en cours ), barre articulée, 1 paire de dames de nage, trouver un nom,

+ voile, corne, mât, poulies,  cordages…

Historique : Yannick a demandé des précisions à Annick de Cettarames. Ce bateau leur a été cédé après avoir navigué 2 ans de
Norvège à Sète, il y a environ 15 ans. ( recherche en cours )

un oselvar in situça motive ! pour les jours de canicule !

Photos de René et Joël

Felouques et barques en Corse

Octobre 2017 : été indien à Bonifacio et alentours

non il n’y a pas que des antiquités ! !il y a quelques « felouque ajacciennes » grées ou plus,
mais aussi des barques de pêcheurs en activité

le point haut du taud maintenu avec un bout fixé aux bastaques

le bout dehors avec sa sous barbe et une tête d’oiseau en guise de corne d’abondanceet à Caldarello,et toujours des « pointus » variés et bien utilisés

et la petite « Colette » petit bijou attendrissant !avec des pêcheurs contents de bavarder
avec des voiles latines de Sèteet le petit chantier  dans le « fjord » de Bonifacioici à Caldarelloen partance pour la pêche, tranquille…sans oublier ce dernier coloré à Porto-Pollo
avec le taud pour le soleil On rencontre par hasard dans les rues d’un village aux environs de Corte, Polo qui a fait la maquette de l’Hermionne : on l’a invité à venir nous voir à Escale à Sète et vérifier si l’original grandeur nature est fidèle ! on ne résiste pas au plaisir de partager cette eau si claire !

Photos de Marie-O, René et Joël

Nettoyage d’automne et accueil des nouveaux

le C.A. ou le grand remue-méninges de rentrée, on accueille Gilles qui vient passer une retraite tranquille, puis le nouveau propriétaire de la « Louise ».

le samedi suivant, rangement du grand hangarJean-Louis et les « Catalanes »Brigitte hésite sur la conduite de l’enginPhilippe sort ses musclesYvon fait place netteFrançois peaufine la carriole de l’oselvar et Gilles nous envoie une photo d’oselvar dans son élément en Norvège en 2006 ! ça motive !ils éloignent « la bèla latina » qui a trop chaudarrivée du staffet on est ravis du retour de la petite brune en rouge,
Anne, maîtresse charpentière du chantier de l’Enfer
qui va nous retaper tout ça !

René a pris les photos mais pas que !