A la recherche du bois tors

Pour tordre le cou au corona.

Grandpère, on ne parle que du corona, et le changement climatique ?

Oui, petit, il y avait des grands arbres, des sapins pour faire les mâts, des pins, des hêtres tricentenaires au Larzac, les cyprès d’Agnès Varda, les pins parasols et platanes du Canal du Midi, on les aimait, ils nous aimaient.

Il y avait aussi un très vieux mûrier à Boukhara, un très vieux chataignier en Corse, un vieil olivier à Antibes, 2 vieux eucalyptus à…on avait même creusé dans un tronc, un fauteuil à Cordes, et Mili, un serre livres pour te balancer…

Mais grandpère, s’il fait plus chaud, on aura des dattes comme à Kerkennah et des arbres kers comme au Rajasthan, super !

et le platane de St Guilhem le Désert etc…

petit hommage aux grands arbres, marins, on est terriens avant tout.

Texte et photos de Marie-O

2 réflexions au sujet de « A la recherche du bois tors »

  1. Once again a poetic chef d’oeuvre, thank you so much, I like the appearance of the grandfather! I wonder what marvels you will present us out of your stock of photos!
    INKE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.